LA BASTIDE L’ÉVÊQUE

La Bastide l’Evêque se situe sur un plateau granitique et boisé, que bordent les gorges de l’Aveyron et du Lézert. Sur ces terres aux richesses naturelles abondantes (gisements argentifères exploités depuis l’Antiquité romaine, ressources forestières, cours d’eau), la bastide se développe à proximité de Cabanes (fort de l’an mille), Cadours et Teulières, trois villages préexistants.

C’est en 1280 que Raymond de Calmont, évêque de Rodez, entreprend la fondation de La Bastide l’Evêque, afin de matérialiser son pouvoir et concurrencer sa voisine Villefranche-de-Rouergue.

Le plan établi de façon géométrique comprend des rues parallèles aboutissant à la place qui sont entrecoupées par des rues transversales et des ruelles. On conserve de l’époque médiévale des bâtisses dont les fondations se composent de blocs de granit rose. Plusieurs maisons disposent d’une étable au rez-de-chaussée, témoignant de l’importance de l’élevage.

La place est bordée par l’église St-Jean-Baptiste érigée au XIVe siècle dont le clocher-porche s’inspirant de celui de Villefranche-de-Rouergue enjambe une rue charretière.

Depuis le Moyen-Age, l’activité économique de la bastide est liée à l’agriculture, à l’élevage et à la présence de nombreux martinets qui ont permis le battage du cuivre jusqu’à la fin du XIXe siècle.

 

Découvrir La Bastide l'Evêque avec Oreilles en Balade.


église St Jean Baptiste

L’église Saint Jean-Baptiste a été bâtie au XIVe siècle à l’initiative de l’évêque de Rodez, Pierre de Castelnau.

De plan pentagonal, le chœur est couvert d’une croisée d'ogives. Un vitrail en grisaille datant de la fin de l’époque médiévale figure la Crucifixion. 

La chapelle latérale située au nord est dédiée à la Vierge. La seconde chapelle, au sud, est dédiée depuis le XVIIe siècle à Saint Dalmas (525-581), évêque de Rodez, qui contribua à évangéliser le Rouergue.  Un pèlerinage, qui s’est maintenu au cours des siècles, a lieu chaque année le 13 novembre.  

Vraisemblablement bâti au XVIe siècle, le clocher-porche enjambe la rue comme celui de la collégiale Notre-Dame à Villefranche-de-Rouergue.

 

Château de Réquista

Château de Réquista, Le Bas Ségala

Propriété privée.

Le château, construit au XVIe siècle était la propriété de Jean Patras, issu d’une ancienne et puissante famille de marchands établis à Villefranche-de-Rouergue.

Ce bien patrimonial, témoigne de l’activité florissante du battage et du commerce du cuivre au lendemain de l’époque médiévale.

Les Martinets du Lézert

Forges du cuivre des XIVe-XVe s.

 

L’économie de La Bastide l'Evêque fut étroitement liée à l’activité d’une quinzaine de martinets qui bordaient les gorges de l’Aveyron et du Lézert du XIVe jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les martinets sont des forges qui utilisaient la force de l’eau pour travailler le cuivre.

 

Le martinet de la Ramonde, restauré de manière exemplaire par des bénévoles, donne à découvrir la technique de battage du cuivre.

 

Le métal, issu de lingots ou de cuivre de récupération, était fondu dans une forge, transformé en pastels, puis battu par un énorme marteau afin d’être transformées en coupes noires, des ébauches de chaudrons (pairols). Ceux-ci étaient ensuite acheminés à Villefranche-de-Rouergue afin d’être retravaillés, ébarbés, sertis d’une anse et ornés de motifs au poinçon par des peyroliers (chaudronniers), puis vendus par des négociants. 

 

Rencontrez des passionnés qui font revivre le métier de “martinaïre”, les maîtres du cuivre. Les bénévoles des Martinets du Lézert vous accueillent et vous font partager leur passion à travers la visite de ce lieu remarquable

Des visites commentées et démonstration de battage du cuivre sont proposées entre mai et septembre. 

 

www.lesmartinetsdulezert.fr

Pont du Cayla

Passage d'une voie antique

 

Ce pont de pierre en dos d'âne qui enjambe l'Aveyron desservait une route gallo-romaine reliant Segodunum (Rodez),  Carentomagus (Cranton) et Divona (Cahors), le long de laquelle étaient acheminé minerai d’argent, bétail et marchandises.

Le Cayla, un fief seigneurial dont subsistent une tour circulaire et quelques demeures médiévales, domine les gorges de l’Aveyron.

Au Moyen-Age, il assurait la surveillance et le contrôle de la route et du pont. Le château a été occupé par les Anglais durant la guerre de 100 ans. L'église dédiée aux saints Abdon et Sennen est aujourd'hui démolie. Selon la légende, la cloche aurait été jetée dans la rivière au moment des guerres anglaises.

 

Pont de Vézis

Pont de Vézis, Le Bas Ségala

Cet ouvrage construit en 1908 pour l'exploitation des mines de plomb argentifère de Vézis (près de La Bastide l'Evêque) était à l'origine un pont de chemin de fer.

S'il n'a jamais été utilisé pour le passage du train (l'activité minière ayant été abandonnée), il a permis le franchissement routier de cette partie des gorges de l'Aveyron.



village de Cabanes

Cabanes, Le Bas Ségala

 

Cabanes, est un fort de l’An Mil. Situé à la croisée de deux routes, il est établi sur un monticule de plan circulaire taluté et bordé de fossés (valats). Une tour et un logis seigneurial, des dépendances et une chapelle castrale dédiée à saint Symphorien occupaient vraisemblablement le centre du fort dont subsiste une partie de l’enceinte,

L’église actuelle dédiée à St Barthélémy qui occupe probablement l’emplacement de la chapelle castrale, a été bâtie en 1836.

village de Cadour

Cadour, Le Bas Ségala

 

La "villa de Cadour" constituait un refuge fortifié ayant dû céder au moment des guerres anglaises, au mouvement général qui porta tous les lieux du royaume à se fortifier.

La partie la plus ancienne du bourg s’organise autour de l'église St Pierre. La nef, le porche et le clocher datent des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Le chevet conserve une fenêtre datant de la fin de l’époque médiévale. Cette église fut d’abord une annexe de celle du Cayla, puis la situation s’inversa : la dénomination officielle du village étant Cadour-le-Cayla.

village de Teulières

Teulières, Le Bas Ségala

 

Le nom de cette très ancienne paroisse, qui évoque la présence de tuiles, semble être lié à un site de l’époque gallo-romaine : un four romain pour griller le minerai a été découvert dans les environs.

Un château ayant une tour carrée aurait jadis existé. Il appartenait au seigneur de Cambefort dit «l’anglais». Aujourd’hui aucun vestige ne signale l’ancien «repaire de Teulières».

L’église a été reconstruite après 1843. Il ne subsiste pas de vestiges de l'église initiale et de l'oratoire bâti au XIe siècle et confié aux moines de Rieupeyroux. 


MAIRIE DE LE BAS SÉGALA

Le Bourg 

La Bastide l'Evêque

12200 LE BAS SÉGALA
05 65 29 93 01    Contactez-nous

ACCUEIL DU PUBLIC

LA BASTIDE L’ÉVÊQUE : du lundi au vendredi de 9h à 12h
SAINT-SALVADOU : du lundi au vendredi de 8h30 à 12h
VABRE-TIZAC : lundi, jeudi et vendredi de 9h à 12h
                          mardi et mercredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30